Miss France 2024 : Ève Gilles fait la différence.

Un jour, il faudra arrêter de parler de ses cheveux courts. Même si, selon ses détracteurs – ils existent -, elle aussi en a fait trop ce samedi soir à Dijon (Côte d’Or) lors des élections Miss France, réduisant la « différence » à la taille d’un brin ou d’une frange.

Ce n’est pas tout à fait vrai. Eva Gilles, 20 ans, étudiante en mathématiques, ou plutôt en statistiques, à Lille (Nord), élevée dans un village de Flandre, sacrée en direct sur TF1 en fin de soirée, ou encore La première chose ce dimanche pourrait être le début d’une petite révolution, pas seulement pour les cheveux.

On n’a pu s’empêcher de la remarquer parmi la trentaine de candidats dès leur départ pour la Guyane et le début de la préparation collective de l’émission, fin novembre.

Eve a coupé le sien soudainement, comme si elle mordait dans une pomme, sur un coup de tête vers la fin du lycée. Aucune restriction, ce n’est pas tout.

Si Miss France doit avant tout être consensuelle, alors la reine de beauté de 2024 divise, voire divise, puisque c’est le jury qui l’a placée sur le trône, même si d’après les votes elle n’était pas la préférée du public. Trop différent, et pour une raison supplémentaire.

Lors d’une conférence de presse suite aux élections à Dijon, vers 1h30 du matin, Eve Gilles a évoqué ce « body shaming » dont elle a été, comme beaucoup de femmes, victime : en français, des critiques et même des insultes contre le corps.

Cela ne correspond pas aux normes sociales : la jeune femme ressemble à une vigne, ce qui peut être un compliment, mais peut aussi être considérée comme mince.sourit, fatiguée à la fois, et même sans voix.

Une phrase qui reflète notre regard sur les femmes et leurs formes. Un paradoxe pour un élève qui mesure 1,70 m – 1 cm de moins et ne pourrait pas participer au concours – qui pratique et enseigne même la danse, dont chaque geste respire l’élégance.

Oui, cela reste une compétition et Yves Gilles n’a pas besoin d’apprendre la posture et la grâce naturelle, certains savent marcher, bouger, bouger mieux que d’autres.

Une sorte de preuve de son corps. Laissez-la accepter tout comme il vient. Scène en Guyane, le jour du fameux Test de Culture Générale.

Certains ratés sont stressants ou ne savent pas vraiment comment récupérer. Sur la terrasse de l’île paradisiaque – malgré les vieilles prisons au souvenir inquiétant derrière – un groupe de candidats se détendent, après avoir réalisé une séance photo en maillot de bain.

Cela dure tellement longtemps qu’on s’endort assis à table. Eva, vêtue d’une écharpe Miss Nord Pas de Calais, prend les choses en main avec une énergie et une bonne humeur de tous les instants et travaille pour le groupe, dossier en main : « Allez, on continue à se poser des questions. Vous devez vous rendre sur le site de l’Union européenne.

Il y aura certes une question sur la Croatie, qui vient d’adhérer à l’Union. Si elle parle de divergences, alors la nouvelle reine de France rassemble. Déjà dans ce petit royaume de l’opérette et du génie, mais aussi des histoires secrètes de filles de 18 à 28 ans qui cherchent leur individualité. Elle n’a pas joué seulement pour elle-même.

Like this post? Please share to your friends:
Funy Worlds