Cet hiver doux dans les Pyrénées a fait sortir cette maman ours et ses bébés de leur tanière

ANIMAUX – Quand il n’y a pas d’hiver, les ours dansent. Dans les Pyrénées, un hiver particulièrement doux fait sortir de son antre le plus gros mammifère des montagnes françaises.

À en juger par les images prises par les caméras automatiques en novembre 2023 et février 2024, nos hommes vaquent à leurs occupations dans les forêts pyrénéennes alors qu’ils devraient être en dormance hivernale.

Ces vidéos et photographies sont étonnantes. Le 23 février, sur les réseaux sociaux, l’association Pays de l’ours et la Fondation Eco-Pastorale (FIEP), deux associations qui promettent le retour de l’ours dans les Pyrénées.

Elles montrent des individus longtemps suivis, à savoir le mâle Rhodri, ainsi que la femelle Sorita et ses petits, parcourant la vallée de l’Osso (Pyrénées-Atlantiques) ces dernières semaines. Aucun problème de santé.

En effet, l’ours ibérique ne rentre pas en « hibernation stricte » comme la marmotte, mais en « dormance hivernale », explique le site des Parcs nationaux de France. Cela dure de novembre à mars et compense le manque de nourriture.

Parfois, lorsque les températures augmentent en hiver (ce qui se produit de plus en plus souvent en raison du réchauffement climatique), un ours peut faire de « courtes promenades autour de sa tanière ».

La perturbation de cette période de dormance, qui semble plus importante cet hiver 2023-2024, ne représente cependant pas un événement très grave pour l’espèce. «Les ours hibernent par adaptation et non par besoin physiologique», explique Alain Rains, directeur de l’association Pays de l’ours, à nos confrères du Point.

«Cette année, comme le temps est particulièrement doux et qu’il y a eu beaucoup de fructifications à l’automne, ils sont plus faciles à trouver pour se nourrir et certains d’entre eux ne sont donc pas encore entrés en hibernation», ajoute-t-il.
.

Like this post? Please share to your friends:
Funy Worlds